« Meurtres sur la Madison » – Keith McCafferty – Gallmeister/Americana, traduit par Janique Jouin-de Laurens

« C’est le guide de pêche connu sous le nom de Rainbow Sam qui découvrit le corps. Ou, plutôt, le client qui lançait depuis la proue de son bateau, travaillant une Girdle Bug devant un amas de rondins qui séparait en deux le courant de la Madison River. Quand l’indicateur de touche s’enfonça sous la surface, Sam grimaça, supposant que la soie s’était accrochée quelque part. Le client, dont la plus grosse truite était de la taille d’une petite saucisse, se cambra pour ferrer un tarpon.

Le corps immergé sous le bois flotté se libéra de son attache, remonta soudain à la surface et se mit à flotter à plat ventre, l’hameçon enfoncé dans l’entrejambe de ses waders. »

Premier roman de cet auteur et retour vers l’Amérique, ici le Montana, les rivières, la pêche à la mouche…Un livre distrayant, facile à lire et à comprendre, avec une intrigue habilement tissée, bien amenée, bien déroulée.

Ce sera le début d’une série, et si j’ai trouvé agréable ce premier volume j’espère voir dans les suivants creuser un peu les personnages principaux, peut-être aérer un peu le récit, parfois dense sur les techniques de pêche et tout ce qui va autour. C’est un peu comme le base-ball dans de si nombreux romans américains, si on ne sait pas comment ça marche, ça reste un peu obscur. Reste que j’ai aimé les deux personnages principaux, Sean Stranahan, ex-détective devenu peintre, et surtout Martha Ettinger, shérif de son état. Elle, elle mérite vraiment d’être approfondie, car ce qui en apparaît ici est très séduisant – d’où une certaine frustration et une grosse envie de mieux la connaître ! -.

« Trente-sept ans, se dit-elle, et la marque de chacun de ces jours exposée à la face du monde. Martha Ettinger avait un visage rond sauvé de la banalité par des yeux bleus qui semblaient éclairés de l’intérieur; quand elle souriait, ce qu’elle ne faisait pas en se regardant dans le miroir, son visage rayonnait. »

L’autre personnage important de ce livre, c’est Rainbow Sam, guide de pêche, cette pêche à la mouche, « big business » du Montana. Qui comme tout business se prête à des choses peu claires – carrément louches, on peut le dire – et qui sont ici à la source de l’intrigue.

Sam donc va découvrir le cadavre d’un jeune homme inconnu des lieux, une Royal Wulff plantée dans la lèvre.

« Rainbow Sam gravit le talus escarpé. Pendant une courte seconde, il embrassa du regard les environs, la rivière qui réfléchissait les nuages du soir lavande et le mauve plus foncé des montagnes, le courant filant entre les berges bordées d’églantiers.C’était en partie ce qui attirait des pêcheurs du monde entier vers la Madison […] Et il y avait les truites, avec leurs rayures couleur rubis et leurs flancs luisants, aussi dures que du métal, les plus parfaites des créations de Dieu.

Bon, se dit Sam, ce pauvre bougre a pêché sa dernière. »

Alors va commencer cette enquête tortueuse, durant laquelle Sean tombera amoureux de la belle et mystérieuse Velvet Lafayette qui lui confie une enquête. Martha travaille avec son adjoint Walt et occasionnellement avec le pisteur blackfeet Harold Little Feather – intéressant personnage lui aussi – qui assiste la police pour lire les traces et empreintes et interpréter ainsi des scènes de crime.

« Little Feather s’accroupit dos au soleil, tendit la main vers le couteau enfoncé dans le fourreau de sa ceinture, le tint, étincelant, et traça le contour d’une empreinte de botte avec le bout de la lame en acier.

-Grand type, dit Martha.

Elle sentit sa peau frémir tandis que la base des poils de son avant-bras se dressait sous l’effet de la bise. »

Assez vite on va voir se profiler le « big business » en question autour d’une maladie qui atteint les truites arc-en-ciel de la Madison – et potentiellement des autres rivières, la maladie du tournis. Très belles scènes de nature, comme celle-ci:

« Une fois libérée, la fario s’installa au fond, dans trente centimètres d’eau, ses ouïes se gonflant pendant qu’elle reprenait des forces. Stranahan s’assit sur la berge en la regardant. Vingt pouces, se dit-il. Peut-être plus. Le crépuscule ressemblait à une traînée couleur ambre à l’horizon; la rivière scintillait dans la lumière déclinante. Dans quelques minutes, le brillant de la surface s’estomperait, la mélodie changeante du courant glisserait vers des notes graves et la nuit sauvage protesterait contre de nouvelles intrusions humaines. »

Ainsi de page en page, on va se trouver dans ce  décor grandiose de montagnes et de rivières; il y aura un canoë rouge, de belles prises, des waders et des float tube, Sam sera blessé et appréciera à sa manière la peinture de Sean

« Nan, j’aime bien votre peinture; je ne plaisantais pas, malgré l’absence de miches et de nichons. »

L’autre victime de ce roman, c’est la truite et son milieu naturel mais je vous laisse découvrir ça par vous-même. Un agréable moment de lecture, quelques frustrations aussi, mais je parie fort que l’auteur saura satisfaire l’envie suscitée de mieux connaître Martha surtout et Sean.

J’ai beaucoup aimé lire à la fin la note de l’auteur et ses remerciements, pleins d’humour, pleins aussi d’une belle humilité, ce qui le rend très sympathique.

Velvet Lafayette, chanteuse selon la serveuse Doris

« C’est un vrai petit chou, ceci dit, si tu aimes le rouge à lèvres rouge et les femmes à longues jambes. Et une bonne chanteuse. Trop bonne pour être honnête, si tu veux mon avis.( Elle pinça les lèvres.) Une vraie croyante comme moi a du nez pour reconnaître ce genre de femme. Je pourrais la résumer en un mot. (Elle marque un temps d’arrêt.). Ennuis. E-N-N-U-I-S. »

  Velvet se met au piano au Cottonwood Inn et entonne « Wayfaring stranger », ici interprétée sans piano par Nako Case, à Austin, Texas

« Nid de vipères » – Andrea Camilleri – Fleuve Noir, traduit par Serge Quaduppani

« Que la forêt inextricable dans laquelle Livia et lui s’étaient aretrouvés, sans savoir pourquoi ni comment, fût vierge, il n’y avait aucun doute là-dessus, du fait qu’à ‘ne dizaine de mètres dans le fond, ils avaient aperçu un écriteau de bois cloué au tronc d’un arbre, sur lequel était écrit en lettres de feu: »forêt vierge ». on aurait dit Adam et Ève, vu qu’ils étaient tous deux complètement nus et se cachaient les parties dites honteuses, lesquelles à y bien pinser, n’avaient rien de honteux, avec les classiques feuilles de vigne qu’ils s’étaient achetées à un étal à l’entrée pour un euro pièce et qui étaient faites en plastique. »

Non non non, je n’ai pas laissé échapper de grosses fautes, car c’est ce que vous vous dites si vous n’avez jamais lu Andrea Camilleri, et les traductions de Serge Quadruppani. Andrea Camilleri est sicilien, tout comme son formidable commissaire Montalbano. Et ici la traduction veut rendre la personnalité de ce dialecte sicilien. Serge Quadruppani en préambule a rédigé un avertissement dans lequel il explique très bien sa démarche, et cette explication n’est pas de trop. Personnellement ce n’est pas le premier roman de cet écrivain que je lis ainsi traduit et si j’avoue avoir eu du mal la première fois, à présent je trouve ça plaisant et drôle surtout.

Ce roman, comme le dit l’auteur en une note brève à la fin, a été entamé en 2008, mais Camilleri a « calé » à cause du sujet, qui lui n’est pas drôle du tout, puis a achevé enfin cette histoire. Mais je n’en dis « rin » si ce n’est que tout commence avec un homme tué deux fois.

J’ai choisi sur cet article de simplement vous livrer quelques passages savoureux, dans lesquels nous retrouvons Montalbano ( toujours entouré de ses acolytes Mimì Augello, Fazzio et l’inénarrable Catarella ), et sa fiancée Livia. 

« Livia l’attendait à côté de la voiture. Tandis qu’il s’approchait, le commissaire nota qu’elle avait un peu minci, mais ça donnait l’impression qu’elle avait rajeuni.

Ils s’étreignirent avec force. Leurs corps se comprenaient au vol, même si leurs coucourdes fonctionnaient souvent différemment. »

Comme souvent dans les romans policiers, il est dur de ne rien dévoiler. Et puis je dois dire que le plus grand plaisir tiré de cette lecture, c’est ce dialecte, le langage bien vert du commissaire, son appétit, sa gourmandise,

« […]il s’était tapé une grande bouffe de poulpes a strascinasali, très tendres, et tout le monde sait que les poulpes mènent dans l’estomac un combat acharné avant d’être défaits par la digestion. »

ici un côté plus sentimental :

« Il sentait que Livia allait beaucoup lui manquer.

En lui donnant une dernière étreinte, il fut assailli d’un grand accès de mélancolie.

Ça lui arrivait toujours, quand Livia s’en allait, mais là, c’était plus fort qu’avant.

Signe de vieillesse?

Cette fois, avec la mélancolie, il y avait aussi ‘ne pointe de malaise pirsonnel dont il ne savait expliquer les raisons. »

Son irrévérence pour la hiérarchie:

« Il partit pour Montelusa en jurant, sachant que de cette convocation il sortirait énervé, comme du reste il lui arrivait après toutes les convocations du questeur.

Sa seule consolation était que dans l’antichambre, il ne rencontrerait pas le chef de cabinet, le dottor Lactes, qui en général l’entraînait dans une conversation terriblement emmerdante. il avait appris que Lactes était en congé.

L’huissier le fit entrer tout de suite.

Dès qu’il fixa le visage de Bonetti-Alderighi, il fut frappé par son sourire. Le questeur avait deux manières de communiquer les mauvaises nouvelles : en souriant, ou en prenant un air sombre.

Mais vire tourne comme tu voudras, c’était toujours une tronche de con. »

Le beau personnage de Mario le vagabond, qui s’est installé dans une grotte près de la maison du commissaire, va s’avérer être la clé du dénouement et de la résolution de l’enquête en révélant ce qu’il sait à Montalbano, le laissant effaré:

« Et maintenant que tu es seul, Montalbano, tu dois forcément retomber dans l’abîme. Tu ne peux pas reculer. C’est ton métier de flic. Et ta condamnation.

Mais essaie de le  faire en évitant la sensation de vertige qu’on éprouve en fixant le fond, descends avec précaution, les yeux fermés, marche après marche. »

Ne croyez pas que c’est juste cocasse, non, il y a un vrai sujet, et on sent que l’auteur, à travers les questions des enquêteurs, à travers leurs hésitations semble vouloir repousser loin de nous l’épouvantable vérité. Et les scènes de jalousie de Livia, les tournures de phrases inimitables de Catarella, toute la fantaisie ici présente est bien utile à rendre tout ça moins sordide.

En conclusion, un très bon moment de lecture, et Montalbano  m’est toujours aussi sympathique ( grâce entre autres à son goût pour la bonne chère et à sa verve ) . Un livre plein d’intelligence.

« Tandis qu’il fonçait se prendre une douche passque d’un coup il avait eu la sensation d’être souillé comme s’il lui était tombé dessus un bidon d’huile de vidange, il entendit, très près, un oiseau qui chantait. Un oiseau qui faisait des variations imaginatives sur le thème du Cielo in una stanza. Il se figea. »

 

 

Sur les traces de quelques plumes cévenoles, retour de Lozère

Voici longtemps que je n’ai pas rédigé un article comme celui-ci, à savoir des notes de vacances et de vie, accompagnées bien sûr de références littéraires.

La Lozère, je ne l’avais vue qu’en été. Elle m’a semblée vraiment faite pour moi en ce printemps un peu chamboulé par une santé qui fait des siennes, et un grand besoin de prendre des forces avant d’entrer en guerre. Alors, dans le petit album photos que je partage avec vous, vous verrez les chemins que j’ai empruntés en une semaine au temps finalement clément, idéal pour la marche.

Quelle splendeur que ce Mont Lozère couvert de genêts en fleurs, champs de narcisses, ruisseaux vifs et glacés, les cascades dévalant au détour d’un pont de pierre, les tourbières moelleuses, les amas étonnants de rochers de granit, comme posés là par des géants en constructions d’équilibristes…La paix des lieux, le silence juste perforé des trilles de l’alouette qui décolle et s’égosille haut dans le ciel. L’air pur, vif de ce printemps tardif – à certaines hauteurs, les bourgeons à peine éclos fin mai – l’horizon infini par-dessus les montagnes en dégradé gris-bleu, les bancs de brume au fond des vallées le matin et toutes les nuances de vert du paysage…

Merveille dont je ne me lasserai jamais. Des lieux comme ceux-ci sont de vraies sources d’énergie. Et puis la tranquillité du Pont de Montvert sans touristes, les chats maîtres des rues et des jardins, le petit marché du mercredi, le postier souriant…Idyllique ? Pour moi oui, la réalité n’est sans doute pas celle-ci. Nous logeons dans le hameau Le Villaret, dans le gîte qu’occupait Raymond Depardon et son épouse, quand il tourna sa trilogie « La vie moderne », profils paysans. La propriétaire nous raconte le tournage chez eux ( elle et son époux figurent dans le film ) ; de beaux portraits en noir et blanc sont accrochés sur nos murs d’une semaine. Ici, vous voyez attablé Alain puis notre étonnante – et épatante –  propriétaire son épouse, Cécile. 

Et puis il y a la route, celle que nous avons emprunté pour nous rendre dans ce hameau où le monde paysan persiste avec une trentaine de vaches, un troupeau de brebis, des œufs bio, du beurre de baratte, vaches, chèvres , moutons « à la bade », pas ou peu de clôtures, des chiens adorables qui jamais ne jappent, un chat gourmand, et le lever du soleil sur le champ de narcisses en face, un taureau solitaire qu’Alain va rechercher dans les bois, un potager pour les légumes, quelques ruches pour Alain que la vie des abeilles passionne.

La vie ici semble bucolique, mais elle est dure et pas vraiment tournée vers la poésie dont pourtant elle est pleine ( la poésie n’est pas faite de couronnes de roses sans épines et de clichés au sucre ! ). Si on parle avec les gens – ce que nous faisons – ils nous parlent de leur vie, ils l’aiment, choisie ou pas, c’est leur vie et on les imagine bien peu dans une grande ville. Ils ne courent jamais, les bêtes non plus, tout prend son temps, mais tout est fait à temps. Et l’air doux frôle la poule dans l’herbe, au loin la foudre crépite, le ciel passe du gris sombre au bleu en quelques instants, c’est le temps qui ici a une autre mesure.

Enfin la Lozère du Pont de Monvert, les abords méridionaux des Cévennes, Florac et les grands causses sont le décor de certaines de mes lectures restées très présentes en moi. La première qui m’a emmenée dans cette région, il y a des années de ça, ce fut l’extraordinaire roman d’André Chamson, « Les hommes de la route « , tome 2 de la trilogie « Suite cévenole ». Je n’ai lu que celui-ci, le premier, « Roux le bandit » est dans ma bibliothèque, acheté d’occasion et le tome 3 est « Le crime des justes » que je vais acheter.

L’histoire est située plutôt côté Cévennes gardoises, vers Le Vigan et relate la construction de la route qui relie ce bourg au col du Minier. Extrait qui décrit le travail de titans que fut la création du réseau routier dans ces reliefs difficiles :

« Déjà, dans les parties basses de la vallée, la route s’ouvrait au trafic. Petit à petit, les gens d’Aulas et de Salagosse abandonnaient les antiques voies ferrées de gros blocs, les anciens chemins de terre montés en digue au long des cours d’eau.

Le cylindre à cheval, chargé de rocs et de ferrailles, était arrivé jusqu’à la Broue, et, nivellant l’empierrement, s’avançait du Sablas jusqu’à la Baraque Neuve.

Traîné par huit juments lozerottes, un fort mulet d’Auvergne en flèche, environné de l’éclair des coups de fouets, dans un tonnerre de jurons, de cris, de hennissements, il gagnait mètre par mètre avec de brusques élans et des haltes soudaines. Devant lui, la route se soulevait en une lourde vague, mouvante, craquelée, brusquement coupée de lézardes. Dans chaque trou, des hommes, courant sur les bas-côtés de la route, envoyaient à la volée une pelletée de sable humide, ou même, presque sous le rouleau, plaçaient à la main une pierre et se reculaient brusquement. Le cylindre passait, écrasait la vague, et, derrière lui, la route aplanie et lisse semblait devenue immobile pour toujours.

De moment en moment, l’énorme machine s’arrêtait: autour d’elle, la sueur des chevaux se déchirait en nuages dans le tourbillonnement des mouches et des taons. Les charretiers, le fouet passé derrière la nuque, les joues écarlates, le cou gonflé, sans voix, s’accroupissaient sur le talus et prenaient leurs têtes dans leurs mains. « 

Puis, tout à coup, sous les jurons et les cris, au claquement de la mèche des fouets, on repartait, dans le hennissement des bêtes, l’affolement de l’essaim des mouches et la pétarade du mulet de tête, qui tirait à droite et à gauche, cinglé par les traits, la queue en demi-cercle, les oreilles battantes, comme en folie et furieusement suivi par tout l’attelage.  « 

Si l’histoire de la construction des routes – ces routes si impressionnantes, et effrayantes parfois – est un hommage à ces travailleurs qui mettaient leur vie en danger à chaque instant, de paysans devenus ouvriers, Chamson dépeint aussi des femmes austères, vivant dans les vallées en attendant que leur mari revienne en vie, et menant seules la vie quotidienne. Pour moi André Chamson est un auteur moderne par son écriture et aussi par la façon d’aborder les sujets; et puis voilà, j’aime qu’on me parle ainsi des gens de ces contrées pleines de replis secrets. On prend ces routes cévenoles qui nous ouvrent des horizons époustouflants et on pense alors à ces hommes qui les ont ouvertes, ces voies vers nos paradis de vacanciers.

Impossible de séjourner ici sans croiser le chemin de R.L.Stevenson, pour moi écrivain et poète admirable, assez intemporel dans ses multiples facettes littéraires. Modestine  a une nombreuse descendance qui promène encore les sacs – et les marmots ! –  des marcheurs en quête d’exercice physique, de paix, de réflexion, d’air pur, de beauté, de tout à la fois. ICI le lien vers le court article que j’avais consacré à Stevenson lors de vacances en Haute-Loire, d’où il partit pour rejoindre St Jean du Gard.

« A l’endroit où cessent les bois, qu’on ne trouve plus après une certaine altitude dans ces régions particulièrement froides, je pris à gauche un sentier parmi les sapins. J’arrivai dans un vallon verdoyant où un ruisseau formait une petite cascade sur les pierres comme pour me servir de fontaine. « Jamais nymphes ou faunes ne hantèrent un bocage plus sacré ni plus retiré.  » Les arbres n’étaient pas vieux, mais ils poussaient pressés autour de la clairière, ne laissant apercevoir que des cimes lointaines au nord et le ciel au-dessus de ma tête. Je pouvais camper là en toute sécurité ; j’y serais comme dans une chambre. Pendant que je prenais mes dispositions et que je donnais à manger à Modestine, le jour, déjà, commençait à décliner. Les jambes bien enveloppées dans mon sac jusqu’au genoux, je dînai de bon appétit, et dès que le soleil eut disparu, j’enfonçai mon bonnet sur mes oreilles et m’endormis. »

Ensuite, vient Jean-Pierre Chabrol et « Crève-Cévennes ». Lui, c’est aussi les Cévennes gardoises au moment où elles deviennent espèce en voie de disparition, ce livre est écrit en 1972, à la toute fraîche naissance du Parc National desCévennes en 1970.

J’ai lu bien d’autres livres de lui, « Le bonheur du manchot », « La banquise », « Les fous de Dieu » comme ses nouvelles « Contes à mi-voix » et « Les mille et une veillées » et j’en oublie. Extrait court de « Contes d’outre-temps » :

« Ah! le cochon familial , prospère et crasseux, énorme! à faire pâlir d’envie ses frères rosâtres de la porcherie modèle! Il se jouait paisiblement des planificateurs, des injecteurs d’hormones, des croiseurs de race, des bousilleurs d’espèce pour un peu plus de lard – même insipide – ou un peu plus de chair – même blanchâtre – pour cinq jambons sur quatre pattes. »

Voici des auteurs du passé me direz-vous…Oui, un peu, passé pas si lointain pourtant et toujours bons à lire à mon sens si on veut comprendre cette région…Mais rapprochons nous d’aujourd’hui, rapprochons nous de la Lozère – ces Cévennes sont larges et étendues, et ainsi variées tant par le relief que par le climat – .

Et voyez-vous, j’ai lu avec délice le formidable roman de Colin Niel  « Seules les bêtes », où l’auteur ne dit rien des lieux, mais il me semblait bien avoir reconnu desendroits où j’étais passée.

« Parce qu’il faut dire ce qui est : j’ai jamais vraiment su parler aux gens. Aux brebis oui, je sais quand faut leur causer doucement pour les calmer, quand faut gueuler pour pas qu’elles se barrent sur les terrains des autres. Mais aux gens, non. C’est un des trucs que j’ai oublié d’apprendre.»

Pour ne pas dire d’idiotie, je lui ai demandé de confirmer mon intuition quant à la ville de Florac et le causse Méjean pour le décor de son livre. Avec beaucoup de gentillesse il m’a répondu qu’en effet, ces lieux étaient bien ceux où se déroulait l’intrigue.Je vous mets le lien vers mon article pour en savoir plus – pour ceux qui ne l’ont pas lu -, mais croyez-moi, ce bouquin vaut le coup !

Et j’ai bien retrouvé là ce monde âpre, cet état de solitude noyé dans un quotidien laborieux, mais où on prend son temps pourtant, y compris pour des choses…bon je ne dis plus rien…Vraiment celui-ci, il faut le lire !

Et enfin un dernier titre dont j’ai déjà parlé maintes et maintes fois, mais ici impossible de ne pas le citer puisque je me suis trouvée pile à l’endroit dont il est question,  « quelque part entre le Pont de Monvert et Grizac », c’est bien sûr « Grossir le ciel » de Franck Bouysse.

« Il y avait aussi des couleurs qui disaient les saisons, des animaux, et puis des humains, qui tour à tour espéraient et désespéraient, comme des enfants, battant le fer de leurs rêves, avec la même révolte enchâssée dans le cœur, les même luttes à mener, qui font les victoires éphémères et les défaites éternelles. »

On pourrait bien mettre les visages photographiés par Raymond Depardon sur Gus et Abel…Belle démonstration dans ce beau, fort et dur roman que l’homme, ici ou là, répond aux mêmes lois, aux mêmes instincts, mais que juste le milieu et le décor jouent sur les paramètres de réglage en intensité, en mode d’expression…Et ici aussi la solitude, bien ou mal vécue.

Quant à moi, je trouve dans cette nouvelle génération d’auteurs qui osent s’intéresser à ce monde périphérique qu’est devenu le monde rural  – à mon avis, tout aussi périphérique que les banlieues, mais avec évidemment d’autres problématiques – avec  ces deux voix en particulier, de bien belles plumes d’abord, poétiques et nerveuses, et un regard neuf sur ces paysages que j’aime tant. Neuf car il rétablit un certain équilibre dans les regards sur « nos belles campagnes », plus sombres qu’il n’y parait, neuf par l’œil acéré sur la vérité de ce monde et de ces hommes, et parce qu’il n’oublie jamais la brutalité des existences, pas plus douces ici que là. Nous sommes bien loin de ce « roman du terroir » qui s’il est parfois bien écrit et honnête et relate des choses véritables, adoucit souvent bien trop les angles aigus de la réalité. Nous sommes avec Niel et Bouysse, d’ailleurs aussi avec Chamson et Chabrol, dans le vrai avec sa beauté mais aussi sa violence, dans le réel avec ses douleurs et ses frustrations, mais avec aussi ses bonheurs.

Que dire sinon que ces auteurs m’accompagnent quand je gravis le Mont Lozère, quand je contemple le Bougès, arpente le col de Finiels, sirote un verre au Pont de Montvert ( au bistrot à côté de Gus qui lit le journal ) ou prend un peu le soleil sur la place de Florac, sous les platanes…

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Compassion » – Stephan Enter – Actes Sud, traduit du néerlandais par Annie Kroon

« Comment me suis-je retrouvé là? Un état d’agitation – oui, en premier lieu. J’avais une maîtresse, une physicienne suédoise surdouée et légèrement autiste, qui n’arrivait pas à décider si elle préférait les hommes ou les femmes, bref, c’était un enchaînement de séparations et de rabibochages qui devenait à la longue si mortellement épuisant que je passai moi-même à l’action. »

Voici le genre de roman qui n’entre pas prioritairement dans mes listes de lecture, mais je l’ai pourtant lu ( c’est un livre court et simple à lire ), sans grande conviction je le reconnais, mais la curiosité l’a emporté et puis je veux garder l’esprit ouvert sur la littérature en général. Je sais bien sûr ce que j’aime énormément, je sais ce qui peut m’intéresser, et tout le reste est à découvrir, alors il est encore temps de tester !

Franck vit sa quarantaine sans souci, sauf qu’il commence à être lassé des aventures amoureuses et sexuelles de passage; Franck a envie d’une relation stable, durable. Il se connecte donc sur un de ces sites dits d’élite ( proposant des femmes ayant fait des études supérieures ) et explore les possibilités qui s’offrent à lui. Jusqu’à arriver sur la fiche de Jessica dont le visage rayonnant le captive très vite, il y revient sans cesse, surtout que la présentation qu’elle fait d’elle-même est atypique, originale, bref, Franck est ferré !

Il est le narrateur de sa propre histoire et nous décrit sa recherche eh bien disons-le comme on explore un catalogue pour choisir un costume, un canapé ou un animal de compagnie; ses critères sont basés sur ses anciennes conquêtes, éliminant tout ce qui peut se rapprocher un peu trop des défauts qui l’ont fait se lasser. Et voici Jessica, qui termine une thèse, dont le visage et le regard sont magnétiques pour Franck.

Ainsi commence le récit de cette liaison .

« Elle fait jeune. Beaucoup plus jeune que ses trente-deux ans. Et elle est plus petite que je m’y attendais; je ne me rappelle plus ce qui était mentionné dans son profil. Il y a aussi quelque chose de différent dans son visage, bien que je ne puisse pas dire immédiatement quoi – mais son sourire est chaleureux et ses yeux d’un brun aussi profond que sur ses photos. Et elle rayonne d’une intelligence vive, assurée, curieuse. Elle a une tenue à la fois soignée et « in » : sous son imperméable sombre qu’elle a laissé ouvert, elle porte une robe à col montant, d’une étoffe lisse de couleur citron vert, une paire de collants gris foncé et des derbies plates.

Voici donc, me dis-je, ce que porte, pour un premier rendez-vous une historienne de l’art qui s’intéresse aux médias modernes. »

Franck va découvrir une jeune femme très vivante mais avec des fragilités, et surtout une incurable frigidité. Elle a beau simuler à grands cris – très déstabilisants pour le jeune homme – , Franck, en expert, comprend très vite que ça ne marche pas, et il a beau s’échiner des heures durant, ( j’avoue que les pages consacrées à cette scène m’ont ennuyée, j’y ai trouvé Franck ridicule et je n’arrive pas à savoir si c’est la volonté de l’auteur ou si c’est juste mon ressenti ) c’est le néant côté érotisme. Chose inconcevable pour lui, l’absence d’érotisme dans un couple. Et puis il trouve aussi le corps de Jessica bien peu attirant, pas très bien fait…Le pauvre garçon.

« Je veux sortir avec elle, je veux toute la soirée parler, rire, discuter, faire les plans, me chamailler, me soûler avec elle. Je veux circuler à vélo dans l’Amsterdam nocturne avec Jessica sur le porte-bagages, sentir ses bras autour de ma taille, l’entendre rire, arriver chez elle, m’écrouler sur le canapé et continuer à parler de tout ce qui nous vient à l’esprit à propos de la soirée, des gens que nous avons rencontrés et avec lesquels nous avons discuté […]Mais je ne veux pas coucher avec elle – ou plutôt si, me coucher dans son lit – mais pour rester étendu à côté d’elle, la regarder, lui donner un baiser et puis la regarder encore en notant tous les changements infimes de son expression.[…]Oui, je peux rester au lit toute la journée, à parler, manger, à lui faire la lecture et réciproquement à l’écouter – aussi longtemps que nous n’avons pas besoin de faire l’amour. »

Autant vous dire que s’il n’y avait eu que ça, je n’aurais pas fini cette lecture. Moi, ce qui m’a ferrée, c’est l’aveuglement de ces deux personnages – enfin Franck surtout – ces deux personnes qui d’une part ne voient pas qu’est née une profonde amitié entre eux, ce que moi j’appelle amitié, une relation faite de connivence, de confiance, de simple plaisir d’être ensemble, de marcher, rire, regarder un paysage ou boire une verre ensemble…et qui d’autre part savent sans se l’avouer que cette relation si elle se termine les laissera profondément seuls.

L’autre point intéressant c’est le grand changement qui va s’opérer chez Franck, dans sa personnalité. Changement ou révélation, je ne sais pas, mais d’homme assez superficiel (à mon sens) il va mûrir, devenir plus lucide sur de nombreuses choses, sur lui et sur les autres, sur ses relations aux autres. Et si mon personnage préféré est l’ex-amante physicienne, qui est restée une amie très objective, c’est parce qu’elle est celle qui aide Franck a s’éclairer sur sa vie.

Voilà, je n’ai pas bien plus à dire sur ce court roman. L’écriture n’a rien d’exceptionnel, mais c’est agréable à lire. Je note aussi de jolis passages descriptifs d’Utrecht et d’Amsterdam, mais globalement, plus long je me serais ennuyée, Franck devient un peu plus sympathique à la fin, mais pour moi cette lecture a manqué d’émotions fortes et puis je crois aussi que ces personnages sont très loin de ce que je suis, du monde où je vis, et donc, les regardant de loin Franck et Jessica m’ont parus un peu vains, un peu trop centrés sur eux et bien peu sur ce qui les entoure mais la fin ouverte peut laisser présager un avenir un peu plus riche pour eux, Franck comprenant enfin ce qui lui arrive, assis sur un banc face à la mer des Wadden, Jessica blottie contre lui:

 » Et ce souffle, ce rythme, nous dit que nous devons entrer dans le courant, même si nous ne sommes pas sûrs de savoir nager – on doit y aller, on doit se détacher de soi et lier sa vie à celle d’un autre être. Je n’ai jamais ressenti un sentiment pareil, c’est la première fois, mais c’est très fort et je sais aussi qu’à partir de maintenant cela ne changera jamais. On doit se joindre à cette respiration de l’éternité, car sinon ne le fait pas, on reste à l’extérieur, en réalité, on ne vit pas, on regarde seulement passer la vie. »

 Belle couverture, judicieusement choisie. Belle fin.

« Lettres à un jeune auteur » – Colum McCann – Belfond, traduites par Jean-Luc Piningre

« ÉLOIGNE-TOI DU RAISONNABLE. SOIS FERVENT. Dévoué. D’une aisance subversive. Lis à haute voix. Mets-toi en jeu. Ne crains pas les sentiments, même taxés de sensiblerie. Sois prêt à te faire réduire en miettes: cela arrive. Accorde-toi la colère. Échoue. Marque un temps. Accepte le rejet. Nourris-toi de tes chutes. Pratique la résurrection. Émerveille-toi. Porte ta part du monde. Trouve un lecteur en qui tu aies confiance. Ils doivent aussi te faire confiance. »

J’aime Colum McCann, beaucoup. Même si je n’ai pas trouvé autant de plaisir à lire « Transatlantique » que « Les saisons de la nuit » qui m’avait subjuguée, ou « Et que le vaste monde poursuive sa course folle », superbe, cet écrivain reste dans mes favoris et ce merveilleux petit recueil sensible, plein d’humour, d’auto-dérision et de belle réflexion est un immense plaisir de lecture en tous cas pour moi. Je n’écris pas, non, et n’ai aucune velléité à le faire – ouf ! – mais je lis, ça vous le savez je lis beaucoup et depuis longtemps. Et je conseille ces lettres à un jeune auteur à tout lecteur, débutant ou pas, jeune ou non. Merci vraiment aux éditions Belfond d’avoir publié ce livre. Il m’arrive comme un cadeau à un moment difficile, où je doute un peu – beaucoup – de plein de choses et entre autres de la pertinence de parler des livres et de ceux qui les écrivent, les relisent, les traduisent, les éditent.

Mais j’ai trouvé ici la pertinence de mon choix de ne pas écrire sur ce que je ne suis pas parvenue à lire, sur ce qui ne m’a pas transportée ou énervée, enivrée ou émue, sur ce que je n’ai pas aimé. Ici on comprend bien  – même si on le sait déjà – qu’écrire n’est pas une route droite et paisible. 

Chapitre: la terreur de la page blanche

« Affirme-toi dans la persistance. Les mots viendront. Sans doute pas sous la forme d’un buisson ardent ou de colonnes de lumière, mais qu’importe. Bagarre-toi encore et encore. Si tu te bats suffisamment, le mot juste se présentera. Et, dans le cas contraire, tu auras au moins essayé.

Garde ton cul sur la chaise. Ton cul sur la chaise. Ton cul sur la chaise.

Et tu la regardes de haut, la page blanche. »

Si je n’écris que sur ce que j’aime ou qui au minimum a capté ma curiosité ou mon attention, c’est parce que je comprends, imagine, pressens ce qu’il en coûte d’écrire, et ici Colum McCann, en phrases vives et brèves dit ce qu’il en est, la somme de travail et d’efforts que cela représente. Et je n’aurai jamais l’arrogance d’estimer que mon avis vaut quoi que ce soit de définitif. Mais si j’ai aimé, j’écris pour donner envie de lire aux autres, pour que  l’émotion, le plaisir que j’ai ressentis soient partagés par d’autres. Partager les bonnes et belles choses quoi, comme on partage un bon repas et un bon vin ou un beau lever du jour. L’auteur apostrophe le jeune auteur, le secoue parfois.

« Mais d’abord laisse-moi te prodiguer un conseil de quatre mots, le plus sage que je connaisse: ne fais pas le con. Dans les fêtes. À la librairie. Sur la page. Dans ta tête. Ne rabaisse pas les gens. N’injurie pas tes collègues. Ne va pas raconter que tu es génial.[…]Ne fais pas d’esbroufe. Ne joue pas les nobles âmes en accordant tes faveurs. N’humilie pas. Rien de tout ça. Non, non, non et non. Ne sois pas con. »

Voici en 45 courtes lettres, précédées d’une introduction et suivies d’un 46 ème texte, « Lettre à un jeune auteur, nouvelle version », un large panorama sur le travail d’écriture, de la page blanche à l’édition, et aux critiques, du « comment » au « pourquoi », en passant sur le travail d’architecte ( ce en quoi McCann brille ), la ponctuation et l’identité du personnage, une liste d’injonctions et de consignes toutes atténuées par les exceptions, les « oui mais » de la vie, de celle de l’écrivain comme du commun des mortels. Mais il y a là tant d’humour, tant de vie, tant de tempérament qu’on aurait bien tous envie de se mettre à écrire ( j’entends « oh non, pitié !  » ). McCann m’a totalement emballée avec ces lettres, toutes précédées de formidables citations de grands auteurs en exergue, comme celle-ci qui m’a fait rire:

Au chapitre: Où écrire

« Construis ta petite bicoque et pisse devant la porte quand ça te chante, nom de Dieu ! » ( Edward Abbey)

ou celle-ci au chapitre : Lire, lire lire

« Tenter d’écrire sans lire revient à prendre la mer tout seul dans un petit bateau. C’est une triste et dangereuse aventure. N’aimerais-tu pas mieux voir un horizon de bout en bout gonflé de voiles? Faire signe aux autres navigateurs; admirer leur habileté; chevaucher leur sillage quand cela t’arrange, sachant que tu traces également le tien et qu’il y a assez d’eau et de vent pour tous? » – (Téa Obreht )

Voici donc un coup de cœur pour ce petit livre lu en une heure absolue de plaisir. En fait, et ça faisait longtemps que je ne l’avais pas ressenti, voici un texte parfait pour la lecture à haute voix 

« Tiens une conversation avec ce que tu écris. Lis ton travail à haute voix. Promène-toi dans l’appartement et projette-toi à travers le plafond. Le ciel est, quoi qu’il en soit, plus intéressant que lui. Ne chuchote pas, j’ai dit À HAUTE VOIX. Affronte la gêne. Accepte les railleries. Engueule un peu les mots. »

Enfin, si Colum McCann se montre drôle, vif et pertinent, la dernière lettre, elle, est un appel à la révolte, un appel à sortir du rang et à faire de son écriture une arme:

« Partout où le pouvoir s’efforce de simplifier, restitue la complexité. Partout où il donne des leçons de morale, exerce ton esprit critique. Partout où il se veut menaçant, sois pénétrant. L’écriture a cette capacité confondante de pénétrer dans la blessure sans infliger de violence.[…] Nous devons comprendre que la langue est un pouvoir, même si le pouvoir s’échine à nous le confisquer. »

Cette dernière lettre est particulièrement forte, émouvante aussi quand on aime la littérature, et ceux qui nous l’offre; je ne résiste pas, à défaut de vous les lire, de vous écrire les toutes dernières phrases:

« Écris, jeune auteur, écris. Empare-toi de ton avenir. Trouve les mots. Écris pour le pur plaisir que nous avons à le faire, mais garde en tête que nous pouvons peut-être modifier ce fichu monde un tant soit peu. C’est malgré tout un bel endroit, bizarre et terrible. La littérature nous rappelle que la vie n’est pas déjà écrite. Il reste d’immenses possibilités. Fais de ta confrontation avec le désespoir une minuscule frange de beauté. Plus tu voudras en voir, et plus tu en verras. Finalement, les seules choses qui valent la peine sont celles qui te brisent le cœur. Continue d’enrager. »