Petit aperçu de mon état du moment, par les mots des autres

En attendant le prochain –  très prochain – article sur ma dernière lecture, voici ce qui peut expliquer mon relatif silence ces derniers temps.

J’ai préféré les mots des autres, au point où j’en suis de douter de l’intérêt des miens.

« Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies. Commencez vous à voir quelle sorte de monde nous créons ? C’est exactement l’opposé des stupides utopies hédonistes qu’avaient imaginées les anciens réformateurs. Un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d’écraseurs et d’écrasés, un monde qui, au fur et à mesure qu’il s’affinera, deviendra plus impitoyable. Le progrès dans notre monde sera le progrès vers plus de souffrance. L’ancienne civilisation prétendait être fondée sur l’amour et la justice, la nôtre est fondée sur la haine. . Dans notre monde, il n’y aura pas d’autres émotions que la crainte, la rage, le triomphe et l’humiliation. Nous détruirons tout le reste, tout. »

« 1984 » 
 George Orwell 

Et ceci en guise de message à ceux qui se reconnaîtraient s’ils lisaient ( ce blog ou autre chose ! )

« La seule intelligence qui vaille la peine, c’est celle qui nous permet de nous mettre à la place de l’autre – de ressentir ce qu’il ressent sous la douleur et l’humiliation. »

« L’art presque perdu de ne rien faire » 
Dany Laferrière 

Et enfin, parce que ça ne peut pas faire de mal, un peu de philosophie ICI

 

Quelques sujets de réflexion

450px-Kafka_portrait« Toute littérature est assaut contre la frontière. »

« On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? »

 Franz Kafka

Extraordinaire Kafka…Selon lui, la littérature et la lecture sont des combats  contre les horizons étroits et bouchés, contre le confort tranquille et satisfait d’un quotidien ronronnant, sans heurt et sans conscience…Le « coup de poing sur le crâne » bienfaisant tire le lecteur de la torpeur. Certes, on ne se prend pas ce « coup de poing » à chaque lecture. Parfois, aussi, sous des airs tranquilles, un livre cache de belles découvertes et franchit des frontières, nous emmenant vers des perspectives inattendues. C’est ce que j’attends souvent, quand j’ai lu sans grande envie des choses sympathiques, oui, mais qui n’agitent rien en moi. On a envie de ces coups portés par les mots, c’est le masochisme du lecteur !

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot…  »

 Honoré de Balzac

Victor_Hugo « Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire. »

Victor Hugo

En relisant certains articles de ce blog, je tombe sur « Stoner » de John William, que je dis avoir fini « en larmes » et c’est vrai ! Cette fin bouleversante ! Et pourtant, écriture sage et académique, ton sans envolée de quelque sorte que ce soit, mais quelle appropriation du destin de ce personnage ! Comme « Il faudrait s’arracher le coeur » de Dominique Fabre, qui m’a demandé une semaine de récup’ tant il m’a secouée. Je n’ai pas écrit d’article sur « Le journal d’un corps » de Daniel Pennac (Gallimard ), parce que je me sens incapable de le faire; ce livre est complexe par ce qu’il dit et en tout cas cela peut être dérangeant pour de nombreuses personnes. Je l’ai trouvé d’une force étonnante, et je dirais que ce n’est pas un livre facile, plutôt déroutant et surtout très « culotté », il m’a laissée admirative . Les explorations de l’intime comme celles qui nous plongent au coeur d’un univers inconnu – autre pays, autre culture, autre milieu … – , voilà qui nous fait avancer :

« Lire et être curieux, c’est la même chose.  »

 Pascal Quignard

Ceci étant, le grave Kafka ne peut nous refuser le droit à la légèreté, de temps en temps, ce qui ne signifie pas la sottise ! Avez-vous lu  « La reine des lectrices » d’Alan Bennett ? Un petit bijou drôle, délicat et intelligent, qui démarre sur une supposition : et si la reine d’Angleterre se mettait à lire ? Dans un autre genre ( on va dire un peu « trash » ? ), « Cul de sac » de Douglas Kennedy ( autrement titré « Piège nuptial » ), plutôt de l’humour noir mais tout aussi malin dans le propos. A la bibliothèque, nous déplorons souvent le peu de textes drôles dans l’édition. On veut dire, drôles et intelligents . C’est bien trop rare, hélas…

PDM-2010_La_Reine_des_lectrices

Tenez ! Si vous avez des titres à nous suggérer, on prend !

A lire…

 Passionnant , comme tout le site de  » L’école des loisirs  »

http://www.lirelire.org

A lire en ligne…