Quelques vacances, un peu d’absence…

À l’heure où vous lisez ce message, je suis en vacances et serai de retour le 28; bien sûr, j’emmène de la lecture, pour une fois sans aucun rapport avec l’endroit où je me rends, bien que le lieu compte de grands poètes, un auteur de best-sellers, et une chanteuse très célèbre : ça, c’est l’indice de choix, facile en cherchant…

Quelques images ? Vous allez trouver ! Je ne répondrai à vos messages qu’à mon retour, mais je vous ramène quelques souvenirs, promis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petit coup d’oeil sur l’été, avant l’automne…

« À l’automne, ce paysage se fleurit de feuilles, les cerisiers deviennent tout rouges, les érables jaunes, les hêtres se couvrant de bronze. Le plateau se couvre de mille flammes d’un deuxième printemps. »

Albert Camus – Carnets II – écrits au Panelier, Le Mazet St Voy, Haute-Loire

C’est déjà loin, les vacances, mais voici quelques images que j’ai aimées et que je partage avec vous de cette belle semaine entre Haute-Loire et Ardèche. C’est tout près de chez nous, et très très beau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Octobre… Dans l’herbe encore verte, les feuilles déjà jaunes, un vent court et actif, forgé avec un soleil sonore sur la verte enclume des prés, une barre de lumière dont les rumeurs d’abeilles venaient jusqu’à moi. »

Camus, même ouvrage..

Vous avez vu ce jeune veau qui tète la jument ? J’ai admiré cette scène depuis notre fenêtre, au matin, vers 6h ( oui, je suis matinale ! ), il y avait un magnifique troupeau, un veau tout neuf chaque matin, blanc, roux, tacheté…et la brume dans le creux comme un lac. Les hirondelles qui rasaient le toit, l’air pur et le plateau ondulant à perte de vue, jusqu’au Mézenc…Ce mont Mézenc, vraiment, si vous en avez l’occasion, allez au sommet, et vous verrez ce que beau veut dire. La nature est extraordinaire, ce qu’elle nous apporte quand on sait la regarder est inestimable; en tous cas à moi elle est essentielle, et je peux passer des heures à observer les oiseaux, le va-et-vient d’une armée de fourmis, les ondes de la brise sur l’eau…Je sais, plein de gens s’ennuient à la campagne, redoutent le silence, la nudité de certains lieux…Pour moi, c’est comme un chargeur de batterie et de l’énergie pure. Un retour à moi-même, fille de la campagne.