Le choeur des esclaves dans « Nabucco » de Giuseppe Verdi

Ce matin, j’ai envie de lyrisme, mais pas trop, de beauté en grande quantité, de quelque chose qui enlève le cœur de sa cage, et Verdi est l’homme qu’il me faut…Voyez comme ses yeux brillent …

verdi