« Par les rafales » – Valentine Imhof – Rouergue Noir

« 4 novembre 2006, Nancy, hôtel, chambre 107

Les voilà à poil tous les deux. Des fringues éparpillées dans toute la chambre. Un jeu à boire stupide. On confie une chose qu’on a faite et dont on n’est pas fier. Si l’autre a commis un péché comparable, il vide son verre, une forme d’aveu, sinon, c’est le premier qui boit et relance la partie par la confession d’un nouveau petit secret honteux.

Alex a triché tout du long.

Pas question de partager quoi que ce soit de vrai avec ce type. Ils ne sont pas là pour ça, ni l’un ni l’autre. Elle ne lui a même pas dit son prénom. Il ne le lui a d’ailleurs pas demandé. Il le connaît déjà, c’est sûr. Ça et tous les autres renseignements que l’autre bâtard lui aura donnés. »

Ce livre m’a fait faire des cauchemars, sérieusement…Un livre dont on ne sait par quel angle l’aborder pour le présenter. Un livre très dur, qui suscite des sensations très puissantes et pour ce qui me concerne une immense compassion pour l’héroïne Alex / Alexis Fjærsten/ Sacha, selon qui lui parle. Sacha pour Anton, son tendre et patient ami de Metz, et Fred le barman du Donjon, dans cette même ville. Alex pour Bernd, le tatoueur/ »soigneur » délicat de Gand en Belgique et enfin Alexis Fjærsten son nom officiel, son nom de naissance, celui sous lequel la police va la rechercher, ainsi qu’Europol et Interpol. Alex aura dans cette histoire d’autres noms, elle est sans cesse en fuite alors elle change aussi d’adresse de messagerie, bouge constamment: Alex est une femme traquée, hantée par son histoire, celle survenue en 2005 alors qu’elle est en reportage à la Nouvelle -Orléans.

Elle est journaliste free-lance, spécialiste de musique, et elle arrive joyeuse et curieuse en Louisiane où elle vit un vrai rêve et voit défiler dans la réalité tout ce qu’elle a rêvé en lisant, en regardant des films et en écoutant de la musique. Elle veut faire les portraits de musiciens des bayous. Se risquant en terrain inconnu, elle va se retrouver prise au piège au beau milieu des marais. Cet endroit où elle s’arrête pour l’admirer va devenir le tombeau de ce qu’elle est et a été. Le rêve vire au plus atroce cauchemar. Elle repartira plus morte que vive, transformée, paranoïaque et je vous assure qu’à son instar on ne s’en remet pas.

« Il lui avait montré de près la pointe du dermographe et la manière dont l’aiguille entre et sort, rythmiquement, comme une petite langue pointue, pour un lapement régulier, incisif, qui plonge sous les couches hautes de l’épiderme. Elle avait pensé au museau d’un petit tamanoir.

Bernd tend la peau de la cuisse entre son pouce et son index gantés, et commence à tracer.[…]

La boutique est plongée dans la pénombre, tous les stores en sont baissés et seul le haut de la cuisse est éclairé. Alex s’imagine dans le scriptorium d’une abbaye cistercienne. Elle a la vision d’un beau clair-obscur. Un tableau de Georges  de La Tour comme Saint Jérôme étudiant, Saint Ambroise taillant sa plume ou encore Saint Sébastien soigné par Irène, à la torche, dans lequel elle tiendrait le rôle du martyre. Elle observe Bernd en moine copiste attentif, concentré à l’extrême derrière ses petites lunettes d’écaille. »

Le roman est construit de telle façon que les événements sont distillés habilement, on va de surprise en surprise – ou plutôt de choc en choc – et on accompagne ce personnage qui n’est que douleur jusqu’au bout aux confins du monde, sur les falaises de Terre-neuve sous la tempête.

Ce n’est pas assez, il faut dire encore que ce roman est empli de poésie sombre et de tourments et qu’autre chose le caractérise ( on comprend assez loin dans le récit de quoi il s’agit…), ce sont ces textes au début de nombreux chapitres, en français ou en anglais, dans cette belle calligraphie et sans espaces.

Donc, on sait plus tard de quoi il s’agit. En un savant va-et-vient, Valentine Imhof nous entraîne dans une course démente sur des traces sanglantes imbibées d’alcool fort et saturées de musique entre la France, la Belgique, la Louisiane, les îles Shetland, le Canada, Terre-Neuve…On croise finalement pas tant de personnages que ça, puisqu’Alex fuit sans répit le monstre qui a juré de la retrouver, qu’elle évite le jour, qu’elle évite la foule, et qu’elle se terre dès qu’elle se sent en terrain découvert. Grosse sympathie pour Kelly, policière comme en punition aux Iles Shetland, où elle est envoyée parce que ses supérieurs pensent qu’elle parviendra à élucider un meurtre non résolu. Kelly a la rage et pas sa langue dans sa poche.

Elle est je trouve la seule touche qui fasse sourire dans cet univers glauque et pétri d’angoisse, avec par exemple ce genre de dialogue avec un collègue :

« 6 décembre 2006, Lerwick, Iles Shetland, poste de police:

-Salut Kickass! Vaisseau commandeur à station orbitale, tu me reçois??

-CInq sur cinq, Seumas! Tu me saisis pile au moment où j’allais arrêter de pédaler pour l’alim’ de mon Atari ST…Et je m’apprête, comme tous les soirs, à rallier le pub de la base, pour ma session intensive de fléchettes-whisky-bière, la variante locale du triathlon… »

Enfin, ces pages se lisent en musique et on trouve à la fin une playlist éblouissante qui se glisse en sourdine ou hurlante pendant la lecture plus une bibliographie tout aussi éblouissante.

Si ce livre est un coup de cœur c’est parce qu’il est assez unique et original pour ça ( je me réfère à ce que j’ai lu depuis de nombreuses années, ce qui vaut pour moi ne vaut pas pour tous ) parce que ce personnage d’Alex a généré chez moi une profonde empathie, sympathie, tendresse, compassion, du chagrin pour cette vie brisée.

J’ai choisi de façon absolument subjective les morceaux de musique entendus dans ce roman. Avant-dernier : « Avalanche » de Leonard Cohen selon mon cœur.

 

14 réflexions au sujet de « « Par les rafales » – Valentine Imhof – Rouergue Noir »

  1. Tu écris MAGNIFIQUEMENT bien et tu réussis à traduire l’univers de tous ces mondes, toutes ces vies que tu rencontres dans le monde des livres avec une illustration superbe! Et chacune de tes lectures devient intéressante!

    J'aime

    • Quand on a aimé un livre,vraiment beaucoup aimé, on lui doit d’en parler avec justesse, avec sincérité te ce livre est impressionnant par l’histoire qu’il livre, par sa construction et par son écriture. Sans parler de la bande-son, éblouisante

      J'aime

  2. Je ne l’ai pas lu, et je ne suis pas une fan des livres ni des films qui me donnent des cauchemars. Donc je ne suis pas certaine de le lire. En revanche, j’adore les livres avec une playlist musicale à la fin. Plusieurs romans américains pour ados ont utilisé cette technique d’écriture et c’est super quand c’est bien fait.
    Tu vois je t’ai retrouvée 🙂

    J'aime

  3. J’y crois pas, J’avais manqué cette chronique! Je trouvais bizarre que tu t’entretiennes avec une autrice sans avoir parlé de son livre. Je vais me le procurer, tu donnes envie et l’entretien aussi.

    J'aime

    • Je réponds en une fois à tes coms; ce livre et ce personnage est d’ores et déjà dans mes tops 2018. C’est un livre très noir, mais aussi sombre qu’elle soit, pour moi Alex est une lumière, une sœur, quelqu’un d’inoubliable. Une rencontre double, avec Alex et avec Valentine .

      Aimé par 1 personne

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.