Note de lecture pour : « Finir par l’éternité » de Céline Curiol – Musée des Confluences/ Cambourakis /Récits d’objet

Céline-Curiol-Finir-par-léternité_COUV-680x874« Dire ou ne pas dire. Un secret.

Un secret ne doit pas  se dire, sous peine de perdre toute valeur, tel un parfum éventé qui, au contact de l’air, s’altère et perd en intensité et vigueur. Fade reliquat de ce qu’il aurait été sans cette mise à découvert qui l’a privé de l’isolement lui conférant sa densité. Le secret pèse, dit-on, et c’est bien ce que l’on attend. Qu’il soit un lest, nous tenant à nous -mêmes, assignant un ancrage à nos volatilités. »

Une simple note de lecture, même ayant beaucoup aimé ce petit livre, plein d’humour mais néanmoins parlant subtilement du secret dans nos vies. Et de notre époque où justement, la tendance est à « tout dire » – entre guillemets parce que comme on le sait, chacun n’a pas tant de choses captivantes à raconter, encore moins à cacher, chacun s’étalant allègrement partout sur nos fameux réseaux sociaux, entre autres. Pour ne rien dire, d’ailleurs. Mais j’espère avoir pour ma part avoir évité de trop me répandre. Mais: qu’est-ce qu’un secret?

Céline Curiol a choisi une machine à chiffrer, similaire à Enigma. Le personnage, une femme qui pense avoir acheté une machine à écrire « vintage » pour objet de déco reçoit cette étrange machine. S’en suit une aventure que je trouve digne d’une série à suspense pleine d’une vraie réflexion philosophique sur ce travers de notre société, cette fameuse tendance à se répandre puis à s’émouvoir du résultat et une belle réflexion sur le secret, sa force, sa valeur et son importance. Mais ce serait oublier l’humour, l’ironie qui teinte le tout et qui rend l’ensemble très plaisant à lire. Mais aussi difficile à partager, justement pour ne pas tout en dire !Soyez curieux et penchez vous sur ce petit livre et encore une fois, sur l’ensemble de cette épatante collection.

Les mots de la fin:

20220106_103428« Le secret est un code indéchiffrable.

Qui tient en vie tout en tenant en arrêt.

Désir sublime et ravageur d’être sans altération, sans perte, sans évolution.

Demeurer le même, exactement. Refuser la métamorphose.

Finir par l’éternité. »

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.