« Le territoire sauvage de l’âme » – Jean-François Létourneau, éditions de l’Aube

« Les territoires sauvages de l’âme se réduisent à peau de chagrin[…] Où pourra-t-on aller quand il n’y aura plus de terre? Dans le ciel bleu? Au fond de la mémoire? « 

Rick Bass, « Les derniers grizzlys » « 

 

« L’avion décolle, arrache ses tonnes de mécanique au macadam de la piste, soulève ton cœur jusque dans ta gorge. Dans deux heures et demie, tu auras survolé du sud au nord l’immense territoire où tu es né. Montréal- Kujjuaq. Bienvenue sur les ailes de First Air.« 

Autour de moi, des familles discutent en inuktitut. »

Voici l’histoire d’un enseignant qui part faire son métier dans une contrée inuit et je vous assure que c’est un très très beau petit roman. Une écriture qui sait allier sérieux et drôlerie, le personnage pratiquant aisément l’autodérision. Mais c’est un livre au propos grave, et toujours et ardemment actuel. Car à l’heure où l’on parle, au Canada, de la perte de la biodiversité, de la disparition de nombreuses espèces, peut-être oublie-t-on en fin de course de cette destruction, celle des peuples autochtones, absolument dépendants de leur milieu naturel, végétal et animal. Dépendants évidemment de cet environnement auquel ils sont parfaitement adaptés depuis des siècles, malgré les motoneiges et autres choses arrivées jusqu’à eux, pour les « désensauvager ».

Sauf que ça ne marche pas vraiment, non, car on lira ici comme leur culture et leur mode de vie est ancré en eux, malgré tout. L’attachement à leur milieu aussi rude soit-il. Admirable, d’être adapté ainsi au grand froid. On devrait tous s’en inspirer, nous qui avons mis de côté trop souvent notre lien à la nature qui nous entoure. Bref, voici un merveilleux petit livre, où l’on verra ce jeune homme s’adapter à merveille ou presque, regarder avec une grande émotion ce peuple, s’y mêler par le hockey essentiellement, et on entend surtout sa pensée et son cœur admiratifs et émus devant cette culture, s’emballer à la beauté des paysages, et des aurores boréales.

« Vous sortez dans la nuit. Naïma saute, les lampes frontales des filles éclairent le sentier, vous glissez jusqu’au lac. La Voie Lactée traverse le ciel, disparaît derrière les collines. Une lumière vert, mauve et rouge ondoie parmi les étoiles, sillonne la nuit comme une grande rivière sauvage. Les Inuit croient que les arsaniit permettent aux esprits de prendre contact avec les vivants. Peut-être. Chose certaine, tu pourrais passer le reste de ta vie dans la neige du Nunavik »

Pour avoir vu à Montréal au musée McCord de nombreux objets, entendu des récits, et pleuré sur l’histoire de la maltraitance institutionnelle dont ils ont été victimes, je comprends bien ce formidable personnage. Bien sûr, il s’agit d’un roman, c’est drôle, vivant et émouvant sans sensiblerie, c’est vraiment parfait, tant par le format assez court ce qui donne un texte vif, que par le contenu plein d’humanité, vraiment sans leçon de morale, il n’y en a pas besoin. Un vrai bonheur de lecture. La fin, bouleversante:

« Il enfile ses bottes d’hiver, met une vieille chemise de chasse déchirée. Sa tuque à l’effigie du village de Kuujjuak sur la tête, il sort de la maison, descend vers la forêt. Devant les restes de la tente, à l’orée du sous-bois, il dégage la souche de la pruche sous la neige noire. Il s’assoit devant la forêt, sous un ciel de fin d’hiver. Son esprit dérive, vingt minutes passent.

Et dans le silence d’après-catastrophe, il entend le Nord se disloquer comme la banquise au dégel, il entend le Nord fondre sur le reste du monde. »

ICI, un intéressant article sur le hockey en pays Inuit.

 

 

11 réflexions au sujet de « « Le territoire sauvage de l’âme » – Jean-François Létourneau, éditions de l’Aube »

  1. Merci pour cette belle chronique qui une fois de plus, me donne envie de découvrir un auteur ! Un livre qui me plaira certainement ! L’histoire me fait penser à celle de Richard Wagamese, qui enfant indien ojibwé, arraché à sa famille et de sa culture, envoyé dans une école où il a du vivre loin de tout et de tous ceux qu’ils ont connus, et apprendre l’anglais et le programme scolaire canadien. En fin de compte, l’objectif est de faire « de ces païens », « ses sauvages », des  » Canadiens « , de « vrais humains » sans lien avec leur passé autochtone. Il raconte qu’il y a une chose qui l’a sauvée, une nouvelle passion pour le hockey sur glace et la sympathie d’un prêtre plus humain que les autres. Quel dommage qu’il ne soit plus parmi nous, perdre Richard Wagamese, c’est perdre un homme tellement sensible (cela se ressentait dans ses livres), un écrivain hors pair, des récits magnifiques et des témoignages si importants de la vie d’autochtones canadiens ! Je me permets de partager mon « petit » billet en MP sur Messenger que j’avais écrit après la lecture de ce roman autobiographique qui m’avait bouleversé !

    Aimé par 1 personne

    • Chère Wivine, oui, Richard Wagamese que je n’ai pas encore lu, mais ça viendra. Ils sont nombreux à écrire sur ce sujet, et surtout, ils trouvent des éditeurs qui les publient. Je parle à nouveau du musée McCord de Montréal, parce que ce lieu m’a secouée. Je crois que sur leur site, on peut écouter des témoignages, de ceux qu’on entend dans le musée, établi avec eux. Ce petit roman-ci est le point de vue d’un non autochtone qui a compris très bien compris l’histoire de son pays, je crois. C’est beau, drôle et finalement très émouvant. Je vais lire ton article chère Wivine

      Aimé par 2 personnes

      • Tu vas l’adorer, j’en suis sûre ! C’est le hasard qui m’a menée à cet auteur ! J’étais à la bibliothèque, je me suis dirigée vers les livres traduits en français et je cherchais « Komodo » de David Vann que je n’ai pas encore lu, ils ne l’avaient pas… Ni en néerlandais, ni en français, ni en anglais… J’ai continué en espérant trouver un Daniel Woodrell que je n’aurais pas encore lu. En cherchant dans les écrivains dont le nom commençant par « W », j’ai vu un livre dont le titre m’interpellait, « Les étoiles s’éteignent à l’aube », j’ai lu le résumé, un écrivain autochtone canadien, l’histoire d’un père et son fils qui se retrouvent… J’ai lu quelques pages et j’ai su que j’allais aimer cet écrivain ! Tu vas me prendre pour une folle mais pendant les trois semaines, en attendant les deux autres livres de ce même auteur que j’avais commandé chez mon libraire, « Starlight » (la suite de « Les étoiles s’éteignent à l’aube ») et « Jeux blancs », j’ai lu le premier une seconde fois, ce qui ne m’arrive que très rarement ! J’ai aussi découvert sa poésie…Je pourrais en parler pendant des heures ! En parlant d’écrivains que nous nous conseillons mutuellement, j’ai commandé le premier livre de Valentine Imhof. Que veux-tu, la librairie se trouve tout près de l’école où je travaille 🙂 !

        Aimé par 1 personne

  2. Pas facile de s’adapter au froid. Il ne fait « que » -5° ce matin dans ma belle Bretagne (10 dans ma chambre…) mais j’ai du mal… il faut être motivé, ou n’avoir rien connu d’autre…

    J’aime

commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.