Questions à Gilles Sebhan, à propos de « Noir diadème »

                                   Entretien avec Gilles Sebhan, à propos « de Noir diadème »

Bonjour Gilles et tout d’abord je vous remercie d’avoir accepté d’échanger avec moi. J’ai lu votre série jusqu’à ce 4ème livre avec toujours un grand plaisir, un grand intérêt et aussi une certaine appréhension. L’univers dans lequel circule le lieutenant Dapper est pour le moins troublant et inquiétant. Mais cela tient bien sûr au sujet :  le meurtre, les enfants, la folie, la filiation et la sexualité. Ici, ce sujet est encore plus prégnant, notamment par l’éveil de Théo qui a grandi et par Dapper lui-même.

J’ai trouvé dans ce roman comme quelque chose qui surgit chez les personnages et les révèle à eux-mêmes, surtout chez Théo et Dapper. Pouvez-vous me dire comment vous faites avancer les personnages de la série, cette progression des états d’esprit, les introspections et les évolutions qui en découlent.

 – Je n’avais rien prémédité en commençant l’écriture de la série, à vrai dire je ne savais pas qu’il s’agirait d’une série, j’avais juste en tête l’image d’un homme qui se retrouve au milieu d’une allée de centre psychiatrique et éprouve une sorte d’épiphanie. A la fin du paragraphe, l’homme était à la recherche de son fils disparu et l’enquête était lancée. Les personnages sont apparus ainsi au fil de l’intrigue, avec une nécessité qui m’échappe. Ensuite j’ai tenté de prolonger le plus loin possible les métamorphoses que les événements faisaient subir à mes personnages. Je voulais que tous soient issus d’un traumatisme d’enfance et je voulais mener le plus loin possible les conséquences de ce traumatisme.

Le sujet des migrants et en particulier ici des jeunes migrants est abordé sous l’angle de l’exploitation humaine et des réseaux mafieux qui prospèrent autour de cette misère. Dites-m’en plus sur ce choix pour ce roman-ci  .

Dans le volume précédent, le centre psychiatrique termine en cendres. Le royaume des insensés, comme je l’appelle, a donc disparu. Il me fallait un nouveau lieu pour Noir diadème, mais je voulais que ce lieu soit un fantôme de lieu, un lieu qui fait le deuil de lui-même, et c’est pourquoi j’ai pensé à ce terrain vague qu’occupe de jeunes migrants. Puisque les adolescents de la série sont désormais sans terre, je trouvais juste de les associer à ces jeunes migrants qui sont en exil , sans papier, perdus dans ce non-lieu. Le trafic d’organes, c’était encore une façon d’accentuer leur morcellement et la déshumanisation à laquelle ils sont soumis par la société.

La place des femmes dans vos romans est intéressante, elles semblent, comment dire…plus saines d’esprit, plus concrètes, plus aptes à prendre des décisions. Et peu nombreuses. Comme Anna et Hélène qui finalement n’atermoient pas longtemps, et puis Marlène, qui même fragile parvient à savoir ce qu’elle veut. Les hommes beaucoup moins. La sexualité et ses troubles avec Théo, et même Dapper, sont plus complexes pour les garçons semble-t-il que pour le couple Anna /Hélène par exemple non ? Comment peut-on interpréter ceci ?

– Il y a une grande solitude des femmes dans cette série, elles sont à la fois fortes, ou disons qu’elles sont traversées par des forces, et désespérées. Quelque chose s’est brisée en elles et elles tentent sans cesse d’échapper au rôle qu’on veut leur assigner. J’ai beaucoup pensé au film The Hours qui met en parallèle la vie de plusieurs femmes, dont l’une est l’écrivaine Virginia Woolf qui finit par se suicider en avançant dans l’eau les poches pleines de pierres et une autre qui ne peut faire autrement que d’abandonner son fils et son mari que pourtant elle aime. On ne peut pas toujours expliquer pourquoi la vie nous plonge dans le désespoir et je voulais montrer, surtout dans le cas d’Anna, le vide qui s’est creusé en elle et que rien ne peut venir combler.

Enfin la folie ici est toujours présente, mais c’est surtout la folie « ordinaire », faite de fantasmes, de peurs, d’interprétations de choses diverses perçues comme des signes. Est-ce que je me trompe en disant que tout est « folie » dans vos livres ?

– Je ne sais pas si tout est folie car la ville dans laquelle se passe la série est elle bien trop sage. Disons plutôt que tous les personnages qui prennent du relief dans Le royaume des insensés ont partie liée avec le désordre mental : des adolescents psychotiques, un enfant traumatisé après son enlèvement, un journaliste qui est victime de somatisations intempestives, oui tout le monde semble secoué par un trouble qui lui fait percevoir le réel autrement. Mais c’est précisément ce qui m’intéresse dans cette folie, qu’elle oblige à regarder autrement le monde. On envisage trop souvent la folie comme une impuissance. C’est une souffrance, sans aucun doute, mais c’est aussi une manière différente, et parfois fascinante, d’envisager les manifestations du monde.

Je vous laisse conclure ?

– Le prochain livre évoquera les conséquences des événements évoqués tout au long de la série. On retrouvera la plupart des personnages mais une quinzaine d’années plus tard, parce que je voulais vraiment concevoir ce cycle comme une plongée dans le temps et j’avais le désir qu’on perçoive sur chaque personnage, surtout les enfants devenus adultes, le passage des années. C’est bien sûr un idéal impossible à atteindre, mais j’ai sans doute rêvé de transposer La recherche du temps perdu dans le cadre du roman noir. Comme dit Proust, on cherche toujours à imiter un chef d’oeuvre. Et cette tentative est toujours un échec. Mais parfois, on rate mieux que d’autres….

Je vous remercie pour cette conclusion prometteuse, et pour avoir bien accepté ces quelques questions.